Une minute vin publicité

Cave de l’Elysée

 - Cave de l’Elysée

aux enchères à Drouot !

Quelle cave, mieux que celle du palais de l'Elysée, peut symboliser la variété et la richesse de la France des Terroirs..


02

Mai

2013

Ventes aux enchères de la cave du palais de l’Elysée à l’Hôtel des ventes Drouot

Créée en 1947, sous la présidence de M. Vincent Auriol, et réaménagée en 1995 afin de permettre une conservation optimale des vins, la cave présidentielle s’est enrichie au fil des décennies, les plus belles étiquettes traditionnelles y côtoyant désormais des valeurs montantes.

Les 30 et 31 mai prochains à l’Hôtel Drouot, 1 200 bouteilles, soit un dixième de la cave présidentielle, seront proposées au cours d’une vente aux enchères exceptionnelle, confiée à la Maison de Ventes Kapandji Morhange.
Cette opération a pour objectif de permettre un renouvellement de la cave du Palais de l’Élysée par autofinancement. Dans un souci de saine gestion, le produit de cette vente sera réinvesti dans des vins plus modestes et l’excédent sera reversé au budget de l’État!!!
La sélection préparée par Virginie Routis, chef sommelière du Palais de l’Elysée, témoigne de la grande diversité desterroirs français, avec une prédominance pour le Bordelais et la Bourgogne, et se partage entre crus d’exception et appellations plus modestes.
Tous ces vins furent servis à la table du Président de la République et ont, pour certains, accompagné de grands moments de l’histoire de la Cinquième République.

• Le terroir alsacien
Se distinguent les productions des domaines Hugel, Trimbach et Weinbach, issus des cépages Riesling, Gewürztraminer ou Pinot Gris en vendanges tardives, comme il se doit, accompagnés d’autres sélections de grains nobles dans de beaux millésimes tels 1976, 1983 ou 1989.

• Le vignoble de Champagne
Le millésime 1985 illustre toute la subtilité de la méthode champenoise, à travers la grande cuvée Clos du Mesnil de Krug ou la vinification de la maison Salon.

• Les crus bourguignons
Particulièrement présents, les blancs des terroirs nobles dont Chablis, Corton, Meursault, Puligny, dont le grand Montrachet, vinifiés par les négociants Bouchard, Drouhin, Jadot, ou Louis Latour, escortent les rouges du merveilleux domaine de la Romanée-Conti, avec ses Richebourg, Échézeaux, Romanée-Saint-Vivant ou La Romanée 1985, rare et précieuse.
Ces éminentes robes vermillon s’entourent des célèbres cuvées des Hospices de Beaune, ainsi que des domaines phare des grands terroirs en rouge, de Corton à Vosne-Romanée.

Ces vins d’exception sont attachés aux millésimes qui ont fait la réputation du vignoble bourguignon – 1959, 1964, 1966, 1978, 1985, 1989, 1990 – et issus des chais des grands négociants ou directement des fûts des récoltants tels la Grande Rue du domaine Lamarche, le Clos de Tart de Mommessin, le Pommard Rugiens de De Montille, les inimitables Clos de Vougeot de lafamille Gros…


• Les vins de Loire
La vacation en propose une sélection étoffée, composée des Châteaux de Suronde, des Montlouis du domaine de la Taille aux Loups, ou encore du Vouvray du domaine Huet.

• Le vignoble bordelais
Seront à l’honneur Pomerol – Petrus en tête – Saint-Émilion et ses grands Cheval Blanc, Ausone et Angelus, ainsi que Saint- Estèphe et son légendaire Cos d’Estournel. L’intérêt des amateurs se portera également sur la noblesse de Saint-Julien, Gruaud- Larose et Ducru-Beaucaillou. Les Graves s’illustrent par des Haut-Brion rouge et blanc, mais aussi des Mission Haut-Brion en magnum du millésime 1982.
Quant aux fleurons de Pauillac, Lafite, Latour et Mouton Rothschild – véritables références du marché international – ils offriront toute la mesure de leur réputation. Seront à portée d’enchères Châteaux Margaux, Yquem – premier cru classé supérieur en 1855 – dans des formats magnum du grand millésime 1990, entre autres, soutenus par Climens et Suduiraut.
Qu’ils soient rouges ou blancs, les millésimes caressent le vénérable et confinent parfois au légendaire.

• La vallée du Rhône
Les accents du terroir provençal s’expriment à travers deux de ses ambassadeurs les plus emblématiques, aux styles pourtant si différents : la puissance de Châteauneuf du Pape tutoie la finesse de Côte Rôtie, brune et blonde, des domaines du Vieux Télégraphe et de la maison Guigal, en rares magnum.

• Le sud-ouest
Le Château de Monbazillac, tant apprécié des amateurs de vins liquoreux, réjouira les palais délicats, tandis que Cognac déploiera sa force pénétrante au gré de crus allant de Grande Champagne aux Borderies, proposés en écrins sur mesure.
Les estimations s’échelonnent de 15 € la bouteille à 2 200 €, pour un Petrus 1990 ; de nombreuses bouteilles seront accessibles à moins de 100 €.







Cognac L&L : assortiment  des Crus, coffret bois 5 flacons de 20cl, 150/200€