Une minute vin publicité

Château d’Ollières

 - Château d’Ollières

Un grand de Provence

Le fleuron des coteaux varois en Provence présente sa cuvée Prestige dans le très beau millésime 2009 : un vin opulent et charnel.


14

Déc

2012

Château d’Ollières rouge 2009 : un flacon de charme et d’esprit

Le fleuron des coteaux varois en Provence présente sa cuvée Prestige dans le très beau millésime 2009 : un vin opulent et charnel.

Château d’Ollières : Un grand de Provence

Depuis sa reprise en 2003, ce domaine élabore des vins dignes de son passé prestigieux


Entre Sainte Baume et Sainte Victoire, le château d’Ollières couvre 600 hectares dont 35 hectares, à flanc de coteaux argilo-calcaires, dédiés à la vigne. Cette dernière s’est épanouie, ici, depuis l’époque carolingienne : la puissante famille de Félix d’Ollières et ses descendants administreront leur vaste domaine jusqu’au XXème siècle ! Une permanence remarquable. En 2003, Hubert Rouy, propriétaire dans le Médoc du cru bourgeois Château d’Escot reprend ce patrimoine afin de lui redonner tout son lustre.

Avec son fils Charles, il engage un programme de rénovation du vignoble et dote ce dernier d’un chai moderne. Sur ce terroir d’altitude, (350 mètres), à la forte amplitude thermique où le soleil le dispute au mistral, les raisins mûrissent harmonieusement dotant les vins d’une grande finesse.

Château d’Ollières Prestige 2009 : un millésime exceptionnel

Fruit conjugué de conditions climatiques idéales et du talent, la version 2009 se révèle d’une merveilleuse plénitude et d’une intensité aromatique remarquable.

Tout y est ! Concentration, maturité, fraîcheur, harmonie…

Le Château d’Ollières Cuvée Prestige 2009 s’inscrit pour longtemps dans les annales des meilleurs millésimes du domaine.

Issu à part égale de vieilles vignes de grenache et de syrah, et élevé 18 mois en barriques, il cache sous sa robe d’un pourpre éclatant des arômes explosifs : cerise bigarreau, mûre, cassis s’entourent de notes de cacao, de poivre et de garrigue.

La bouche, dense et complexe évolue avec souplesse et élégance sur une structure bien charpentée. Soutenue par des petits tanins serrés et fins et une belle acidité fondue, elle se déploie avec ampleur jusqu’à une finale longue et épicée.

L’accord parfait :
Servir à 16° et 18° avec un lapin au thym ou une poêlée de foies de volaille pour un délicieux accord campagnard, avec un tournedos Rossini ou un risotto à la truffe pour une combinaison plus sophistiquée.

Prix : 13€ chez les meilleurs cavistes.