Une minute vin publicité

Millésime 2013

 - Millésime 2013

In A Bottle

Les clients du laboratoire de Libourne OenoTeam se félicitent cette année plus que jamais d’avoir confié leurs raisins atypiques à leurs oenologues


30

Oct

2013

MILLÉSIME 2013 ?

Les clients du laboratoire de Libourne OenoTeam se félicitent cette année plus que jamais d’avoir confié leurs raisins atypiques à leurs oenologues

Pour Julien BELLE : 2013 est un millésime de bon sens et d’équilibre

A l’aube des vendanges, nous avions annoncé que le millésime 2013 en rouge affichait un retard de deux à trois semaines sur les millésimes de référence.

Entrés au chai encore frais, les raisins ont pu profiter plus facilement des bénéfices de périodes de macération préfermentaire. Il fallait cette année négocier judicieusement l’extraction pour obtenir des vins colorés et d’une belle matière.

2013 est un millésime de travail, d’exigence de tous les instants. Il faut faire preuve de bon sens, se poser les bonnes questions au bon moment, ne jamais baisser la garde. Il lui faut du temps, pour mûrir, pour se faire, pour se construire.

Pour Thomas DUCLOS : 2013, le millésime sauvé des eaux !

Franchement, si on m’avait dit avant les vendanges qu’on arriverait à ça, j’aurais signé ! C’est le millésime « sauvé des eaux ». 2013 est la vraie année des terroirs, c’est aussi un millésime de technicien, de réflexion et de réactivité.

En effet, c’est un millésime fragile qui nécessite beaucoup de travail, les vins étant notamment super sensibles à l’oxygène. Quant aux rendements… : misérables, en moyenne une demi récolte. C’est le travail des vinifications qui fera la qualité.


Pour Stéphane TOUTOUNDJI : un millésime « inachevé », et pourtant…, malgré des maturités incomplètes, bien plus flatteur qu’on ne pouvait s’y attendre !

Les vendanges 2013 ont été vraiment stressantes à cause du temps et du botrytis. Ce millésime est oenologiquement compliqué : des cuvaisons plus longues notamment ont permis d’apporter du gras Pourtant ce millésime, inachevé en matière de maturité, se révèle bien plus flatteur qu’on ne l’avait pensé : les robes sont belles, le fruit d’autant plus présent là, les matières sont élégantes…

Un millésime qui va réserver de belles surprises. Les Merlots sont sur le fruit, donnant des structures plus légères, tandis que le Cabernet franc a joué un rôle essentiel cette année, intéressant au niveau de l’équilibre, de la structure et de la complexité.

Nous avons demandé aux 16 vignerons du club de nous dire ce qui était positif pour eux dans ces vendanges 2013 que l’on sait si compliquées :


Laurent de Bosredon, Château Belingard : les vins liquoreux issus de vendanges botrytisées sont très prometteurs avec de belles concentrations et un grand respect du fruit.

Tout s’est ligué contre nous, le printemps pourri, l’été insuffisant, la pluie du mois de septembre et, en prime, un orage de grêle sur 25 hectares le 28 septembre…
Résultat : une obligation technique de « rentrer » les raisins dans les 48 heures suivantes.

A la fin, des raisins sains… avec une maturité moyenne mais satisfaisante et des vins, certes en quantité réduite, mais plutôt jolis avec de belles extractions aromatiques et des structures tanniques intéressantes sur certaines cuves de Merlot et de Cabernet.

Un millésime sympa à vinifier si on passe sur la déception des volumes. Pour le moment sous marc, les cuves sont avenantes avec de la rondeur et de la couleur et de la sucrosité pour les vins rouges. Les vins blancs secs sont très aromatiques et équilibrés avec beaucoup de fraîcheur. Les vendanges botrytisées qui sont réalisées à 50 % peuvent laisser espérer un très beau millésime de liquoreux à Monbazillac.


Pierre Carle, Château Croque Michotte : le dicton dit : « c’est le mois d’août qui fait le moût ».

Ce fut exact en 2013. Un été chaud et sec et des petits rendements ont donné des petits raisins doux et fruités. Les grands terroirs des pentes et des plateaux qui bordent la vallée de la Dordogne ont été aptes à produire de grands vins.

Arnaud d’Arfeuille, Château Tessendey : malgré les aléas climatiques, ce millésime 2013 va donner des vins de charme et fruités.


André et Stéphane Giraud, Château Le Caillou Giraud :

2013 aura été un millésime sans répit, toujours sur des charbons ardents, pour lequel les vins devraient renouer avec un style plus rétro, classique. Des températures hivernales, des précipitations régulières et des orages de grêle d’extrême violence…

Juillet beau a donné de la matière dans les peaux, août plus tempéré a donné des moûts plus modérés mais beaux. Les vendanges ont du être anticipées d’une semaine, et pour nous, étant sur un sol graveleux et argilo-siliceux, nous avons pu ramasser semaine 40 avec une maturité correcte, ce qui a donné de jolis lots.

Stéphane Destrade, Château de Blissa : tout petit volume !!!!!!!! Très peu de cuves remplies !!!!!!! Tout le temps pour faire de très très bons produits en soignant nos vinifs.

Laurent Clauzel, Château La Grave Figeac : on aurait pu s’attendre au pire, et tout compte fait ce n’était pas si mal que ça !



Dr Grégory Lovato, Château Lajarre : le millésime 2013 accouche dans la difficulté.

Les éléments ont fait subir des dégâts considérables à la fleur puis aux raisins (grêle). C’est un millésime très technique. Les premières dégustations sont en faveur d’un millésime où fruit et fraîcheur dominent.


François et Maria-Dolores Linard, Château Claymore : millésime 2013 = jolis jus sensibles ; il n’y en aura pas assez pour tous les amateurs !
On pouvait les suivre sur Facebook : brouillard, gadoue pfuhhhh… Fortes pluies par intermittence. Les vendanges sont suspendues. Il règne un grand calme et une atmosphère légèrement surréaliste… Lundi matin, très tôt, tout reprend…11 octobre : la récolte est achevée, les vinifications débutent. Un millésime qui révèlera toute la précision, le soin et le savoir-faire du winemaker et de son équipe !


Valérie Martin-Befve, Château Milens : un travail de titan pour obtenir le meilleur !

Les 2 dernières saisons ayant été très compliquées pour la vigne, 2013 demande un
travail de titan pour obtenir le meilleur. Un beau challenge au chai, un vrai millésime de vigneron !

Chantal Benito Larnaudie, Château Saint Nicolas – Vignobles Benito : on a rentré tellement peu de raisins qu’on ne s’était jamais autant appliqués !
Résultat : des vins sur le fruit, et qu’on va laisser sur le fruit, on prévoit très peu d’élevage bois. Nous sommes très contents de nos Cabernets.

Guillaume Lardeau, SCEA La Renardière : joli millésime en blanc, on n’avait que ça à vinifier, on y a mis toute notre énergie ! Après la coulure, on a subi la grêle de plein fouet tout début août : propriété 100 % grêlée, on a perdu 70 % de la récolte. Résultat 9 hl/ha en rouge, et 25 hl/ha en blanc : un joli millésime pour les blancs, dotés d’une belle vivacité et fraîcheur.

Et nos rosés de pressurage direct sont tout autant qualitatifs et aromatiques.


Jean Trocard, Château Mancèdre : pas d’astringence, du fruit et une grande fraîcheur = un vin fait pour conquérir de nouveaux marchés et pourquoi pas à l’export…

Le premier point positif, c’est que j’ai vendangé en 2 semaines au lieu de 3. Donc moins de fatigue pour mon équipe et pour moi même. C’était une vendange qui se détachait bien et donc le tri du vert (queues de rafle) était efficace ; il fallait juste gérer le pourri en amont (à la vigne). La vendange n’étant pas parfaitement mûre, nous n’allons pas sur-extraire par conséquent nous ferons des vins agréables à boire assez rapidement.

Françoise Lannoye, Châteaux Ambe Tour Pourret et Moulin de Clotte : un joli vin fruité qui fera honneur à son appellation.

Le millésime 2013 nous a certes fait nous précipiter un peu pour les vendanges, mais aujourd’hui, en cours de vinification, il faut prendre son temps ! En laissant la cuvaison se prolonger sans trop bouger, le vin, la couleur et la structure arrivent petit à petit et les vins se goûtent de mieux en mieux tous les jours. Maintenant on est
certains d’obtenir un joli vin fruité qui fera honneur à son appellation !

Claire Vincent, Château Ogier de Gourgue : premières vendanges manuelles. Année spécifique, récolte distinctive. 2013, premières vendanges manuelles pour le Château Ogier de Gourgue