Une minute vin publicité

Rasteau Prestige 2010

prestige 2010 rasteau ortas cave de rasteau - Rasteau Prestige 2010

Ortas - Cave de Rasteau

Un vin à la fois généreux et moderne, emblématique de son appellation et de son terroir. Son éclat est le reflet d'une stricte tenue du vignoble et d'une vinification précise.


19

Sep

2014

Outre sa typicité du Rhône Sud, Rasteau, qui est désormais un cru, partage avec son prestigieux voisin Châteauneuf-du-Pape des atouts majeurs, notamment des cépages forts (avec 50 % de Grenache), érigés tels des statues, des galets roulés qui façonnent le paysage des vignes, une connivence évidente avec la truffe et le gibier… mais pas seulement.

prestige 2010 rasteau ortas cave de rasteauAPPELLATION Rasteau

TERROIR Le vignoble est en coteaux (colluvions caillouteuses) et sur des terrasses (cailloutis altérés). Le sous-sol, argilo-calcaire, est constitué de marnes profondes

CÉPAGES Grenache noir 50 %, Syrah 35 %, Mourvèdre 15 %

VINIFICATION Vendange égrappée Cuvaison longue avec pigeage doux 15 % de l’assemblage élevé pendant 1 an en fûts de chêne de 1 et 2 vins

DÉGUSTATION Robe grenat profond, dense Nez marqué par les épices douces cacao et cannelle, et le poivre, puis des notes empyreumatiques et de cuir, des arômes de thym-laurier et garrigue, enfin de fruits noirs et de réglisse En bouche, un ensemble harmonieusement structuré avec fraîcheur et élégance, concentré de fruits noirs cassis-mûre, une belle longueur sur des notes minérales, poivrées et de cacao amer

SES PLATS Terrines, viande rouge puissante s’associant au poivre, truffes, cèpes, gibiers en sauce, faisan rôti, magret de canard rôti, brie

DISTRIBUTION Vente au caveau, cavistes, CHR, export

PRIX 10,00 euros TTC départ caveau

Millésime 2010, par Alexis Cornu (rédigé novembre 2010)

« À l’aube d’une nouvelle saison, quand le feuillage mordoré accroche la lumière déjà rasante du soleil d’automne, rembobinons le film de la campagne tout juste achevée. Le Ventoux à l’horizon, figure altière et familière qui se dresse au-dessus de la ligne bleue des Baronnies, ne nous dit pas encore quelle est la saison, celle des neiges et du repos des vignes, propice aux bilans. Mais comme tout le raisin est déjà à l’abri, en cave, profitons-en et prenons notre temps !

Tout a commencé par un hiver long et pluvieux (les vignes ont vu par deux fois la neige !), décalant le cycle végétatif de la vigne, du débourrement à la maturation et en passant par la fleur… A la fleur précisément, début juin, le temps est frais et pluvieux. Le Grenache est un cépage prompt à « couler » c’est à dire à produire des grappes aux baies clairsemées suite à une fécondation imparfaite des fleurs et à une fructification hasardeuse, si la météo ne lui convient pas parfaitement. Il est exigeant et c’est son droit !

Maudit Grenache, quand même! Les vieux ceps de Rasteau nous ont déjà fait le coup… Chaque année, nos vignerons nous le disent : « Les vieux Grenache ont coulé » ! Catastrophe au vignoble! Et chaque année, finalement, les cuves se remplissent de beaux raisins, murs et juteux, le terroir riche de ses profondes argiles a bien alimenté son vignoble. Mais cette fois, croyez-moi, c’est vrai : les Grenache ont réellement coulé !

Maudit Grenache ! Mais quel cépage quand même… Chez nous, à Rasteau, il se montre puissant, chaleureux, riche, fruité et épicé. Juste ce qu’il faut pour un bon repas de saison. Cette année, en bonus, il a su garder une pointe d’acidité très douce qui lui donnera le soupçon de fraîcheur attendu. Sa robe est carminée et profonde et ses tanins veloutés car août et septembre nous ont réservé des nuits fraîches succédant à des journées chaudes et ensoleillées, un temps idéal pour les grands rouges. Les rosés et les blancs ne sont pas en reste : ils sont parfumés et ils ont des robes légères et délicates, parfaites pour l’été.

Maudit Grenache, ce vieux coulard! Mais, me direz-vous, quantité et qualité ne font pas bon ménage ! C’est un point de vue mais il est loin d’être toujours vérifié. Et le producteur, quant à lui, a bien du mal à se faire une raison : il ne vous vendra pas pour autant son vin beaucoup plus cher…

Au moins, faites-vous plaisir en même temps que vous lui ferez honneur, régalez-vous de ce jeune et fringant cru de la Vallée du Rhône, dans ce très beau millésime, rare et déjà d’anthologie !».