Une minute vin publicité

Secret des Vignes

 - Secret des Vignes

Signée ACKERMAN

Une gamme de vins tranquilles de trois AOC du Val de Loire


25

Fév

2013

Secret des Vignes, une gamme de haute expression signée ACKERMAN

Cette ligne de vins tranquilles de trois AOC du Val de Loire se décline en trois références typiques des terroirs du Saumurois :

– un blanc moelleux entre fraîcheur et suavité : Coteaux de Saumur
– un blanc sec structuré et frais : Saumur blanc
– un rouge à forte personnalité : Saumur Champigny

La marque Secret des Vignes évoque le soin apporté à la sélection des raisins et à l’élaboration de ces cuvées signées Ackerman. Deux blancs 100 % Chenin : le cépage remarquable des vins blancs de Loire a une riche histoire


L’étiquette se met au service de la marque avec :

– une écriture à l’ancienne, rehaussée d’or à chaud.
– un format parcheminé à la découpe artisanale.
– un papier à l’aspect vieilli, de coloris ivoire avec, en filigrane, des arabesques et des motifs finement ciselés et sculptés, qui ressortent sur couleur bronze ou sépia.

Le choix des flacons confère à ces cuvées une dimension qualitative supplémentaire : par exemple le type Bourgogne domine pour le Saumur Champigny et le Saumur blanc.

Une ligne en vente au Cellier Ackerman, responsable Julien Goudeau :

Secret des Vignes Coteaux de Saumur 2010 : 14,90 euros TTC la bouteille de 50 cl
Secret des Vignes Saumur blanc 2010 : 8,90 euros TTC la bouteille de 75 cl
Secret des Vignes Saumur Champigny 2010 : 9,90 euros TTC la bouteille de 75 cl

Mais également dans la boutique en ligne : www.ackerman.fr

Secret des Vignes COTEAUX DE SAUMUR 2010


Cépage : 100 % Chenin

Viticulture : vignes de 25/30 ans permettant de faibles rendements et favorisant l’obtention de raisins riches et bien concentrés. Tris successifs pour sélectionner les raisins à meilleur potentiel en pourriture noble. Vendanges manuelles.
Vinification : pressurage pneumatique léger pour préserver au mieux les raisins, suivi d’un débourbage statique et d’une fermentation lente.
Objectifs : recherche de matière, de structure et de longueur en bouche. Un équilibre sucre/acidité pour obtenir une légèreté d’ensemble.
Élevage : un an en barriques neuves.
Dégustation
Robe dorée avec un reflet émeraude.
Nez intense et complexe, confit pomme-coing, fleurs blanches, miel, noix, fruits exotiques mangue-ananas, une touche de romarin.
Bouche onctueuse et ample à la fraîcheur remarquable, structure élégante, jolie longueur.
Ses plats : pruneau au bacon, foie gras chaud au raisin, bleu de Bresse ou
chèvre frais aux herbes, crumble abricot-romarin ou succès aux noix
Prix : 14,90 € TTC la bouteille de 50 cl.

Secret des Vignes Saumur Blanc 2010

Cépage : 100% Chenin

Viticulture : vignes âgées permettant de faibles rendements et favorisant l’obtention de raisins riches et bien concentrés.Vendanges manuelles.
Vinification : pressurage pneumatique léger pour préserver au mieux les raisins, suivi d’un débourbage statique et d’une fermentation lente. Objectifs : recherche de matière, de structure et de longueur en bouche.
Elevage : 1an en barriques neuves
Dégustation :
Robe dorée lumineuse et brillante.
Nez frais et exubérant, de fleurs blanches, de miel, d’ananas et pomme-coing, de zeste d’orange confit, de noisette grillée.
Bouche puissante entre fruit et poivre, une trame serrée et fine, une belle harmonie et une bonne longueur dans la fraîcheur. Très typé Chenin.
Ses plats : saumon mariné aux baies roses ou saumon fumé, rôti de veau aux olives et au citron, sole meunière, Pélardon ou Beaufort, crumble pommes-coing.
Prix : 8,90 € TTC la bouteille de 75cl

Secret des Vignes Saumur Champigny 2010

Cépage : 100% Cabernet franc

Viticulture
: sélection de vieilles vignes avec de faibles rendements et favorisant l’obtention de raisins riches et bien concentrés, pour des tanins les plus veloutés possibles.
Vinification : macération avec remontages réguliers pour favoriser une extraction douce afin d’obtenir des tanins soyeyx. Pressurage pneumatique doux afin de récupérer des jus qui seront réassemblés. Fermentation malolactique et élevage en barriques durant une année avec dégustation régulière.
Objectifs : recherche de tanins soyeux et d’une structure qui en fera un vin de grande garde.
Elevage : 6 mois en barriques neuves
Dégustation :
Robe rubis, limpide et brillante.
Nez fumé, complexe et intensément fruité (baies rouge et noires, cassis), des notes de cuir, d’épices poivre et muscade, du cacao.
Bouche équilibrée entre fraîcheur et fruité, avec une bonne persistance épicée et torréfiée.
Ses plats : cake au chorizon, jambon de pays, brochettes d’agneau, canard aux cerises aigres, Chaource ou Abondance
Prix : 9,90 € TTC la bouteille 75cl.

CHENIN : UNE RICHE HISTOIRE
(Christian Asselin, Recteur Union des OEnologues de France)

Sa genèse est le Caucase, l’Asie Mineure… Les Égyptiens, les Grecs et les Romains ont préservé et développé ses aptitudes.
De terroirs en terroirs, ses racines européennes se situent dans le Piémont Basque du côté Espagnol.

Puis on le rencontre dans les vieilles vignes du Sud Ouest (Gironde, Corrèze, Lot, Lot & Garonne, Aveyron à Entraygues…).
En Vendée à Brem sur Mer, il est alors connu et reconnu, il prend le nom de Franc Blanc.

Il remonte alors la Loire, fleuve qui n’est pas royal à l’époque mais où sont disséminées le long de son cours quelques abbayes fameuses où les moines possèdent la connaissance.

Il est vrai que la Loire et ses affluents Vienne, Indre, Cher, Maine (réunissant le Loir, la Mayenne et la Sarthe) ont permis de tout temps la navigation et sont donc des voies de communication privilégiées. C’est là, sur ces rives, sur ces coteaux environnants qu’il trouve son territoire.

Connu avec certitude dès 845 à l’Abbaye de Saint Maur. La Charte de Charles le Chauve institue la dotation de plants de vigne en faveur de l’Abbaye fondée trois siècles auparavant par un disciple de Saint Benoist sur la rive gauche de la Loire.

Ici, il est appelé Plant d’Anjou. Pendant les Xème, XIème et XIIème siècles, des donations de ce genre sont faites et se développent par les Comtes d’Anjou et les Seigneurs de la Région, aux couvents et abbayes qui s‘élèvent de toutes parts le long de la Loire et de ses affluents. On le rencontre dans le Saumurois sous le nom de Plant de Brèze avant qu’il ne soit importé en Touraine sous le nom de Pineau de Loire.

C’est en 1445 que Thomas Bohier, seigneur de Chenonceaux, grâce à son beau-père Denis Briconnet, abbé de Cormery, l’implante sur les bords de l’Echandon, rivière affluent de l’Indre, au Mont Chenin. Il y réussit tellement bien qu’il conservera désormais le nom de cette localité, nom que Rabelais est le premier à employer dans Gargantua.
Aucun vin, vers le XVIème siècle n’est autant vanté que le vin de Pineau.

Les deux noms cohabitent encore de nos jours, selon l’Anjou (Chenin) et la Touraine (Pineau). Rabelais l’aime « à boyre en son bréviaire », Du Bellay et Ronsard chantent sa magie en vers délicieux. La Cour de France sous les derniers Valois lui fait une place à part et pas de grandes fêtes sans ce doux breuvage. Henri II aussi fait grand cas du Chenin Blanc.

La compagnie des Indes s’approvisionne de façon importante. Elle obtient un arrêt du Conseil du Roi en 1776 pour sortir les bons vins d’Anjou de sa province tant par eau que par terre.
Cette compagnie a reconnu que les vins d’Anjou supportent parfaitement la mer et qu’ils gagnent beaucoup à la traversée ; ainsi résolut-elle de spéculer « en grand ».

La preuve, le Chenin, qui a fui au cours des XVIème et XVIIème siècles les Guerres de Religion, n’a pas pu s’adapter au climat de la Hollande… bien sûr, ce n’était pas son lieu de
prédilection. Profitant de la Route des Épices il se développe en Afrique du Sud où il s’appelle Steen… où il colonise actuellement le double de surface de son territoire d’origine, la Loire.

On le trouve aussi en Australie, en Californie, au Maroc, en Nouvelle-Zélande, en Argentine… dans de diverses expressions.